Edito

Ces dernières années, les progrès thérapeutiques ont permis d’améliorer la survie et les taux de guérison des patients souffrant d’un cancer. Le développement des soins de support a clairement participé à ces progrès et a favorisé l’accroissement de la qualité de vie.
Le débat sur ce que sont plus précisément les soins oncologiques de support, à quels patients ils s’adressent et à quels moments les appliquer n’est pas clos. Par ailleurs, dans le cadre du plan Cancer, les institutions ont pris en main la définition « d’un panier en soins oncologiques de support » et étudient les règles d’une plus juste et plus constante valorisation.
Parallèlement, des arguments solides sont produits qui poussent à renforcer l’organisation de prises en charge globale les plus précoces possibles en vue d’améliorer encore qualité de vie et durée de survie lors des maladies
métastatiques. On peut imaginer que l’application précoce conjointe des soins spécifiques du cancer et des soins oncologiques de support apporte également un meilleur taux de guérison et un « après cancer » amélioré.

Quoiqu’il en soit, les questions sont diverses :

  • Quels sont les patients qui sont le plus à même de bénéficier de cette prise en charge globale et à quel moment
  • Comment en pratique en faire bénéficier les patients et les proches ?
  • Comment coordonner les efforts des professionnels de santé dans les établissements et en ville ?
  • Comment les patients et l’entourage appréhendent‑ils ce sujet ?

Autant de questions qui se posent en pratique quotidienne à tous les professionnels de santé et auxquelles ce 8e congrès national de l’AFSOS souhaite apporter une partie des réponses.

Ce congrès sera bien sûr l’occasion de retrouver nos rendez‑vous annuels : actualités en soins de support, mise à jour des référentiels nationaux dans le cadre des J2R, comptes‑rendus de l’ASCO, de la MASCC et de l’ESMO,
du groupe recherche UNICANCERAFSOS

Bienvenue donc et souvenons‑nous une nouvelle fois de la richesse du partage de nos congrès précédents.